mercredi 13 février 2019

Conférence : le vieillissement. Peut-on le ralentir, et comment ?

Vieillir c’est naturel. Pourtant nous ne vieillissons pas tous au même rythme et de la même manière. En effet, cela dépend de la façon dont nous vivons cette période : l’alimentation, l’activité physique, les relations sociales, entre bien d’autres, font toute la différence.

Ce ne sera pas un compte-rendu de la conférence qui, à une exception près, a réuni des têtes grisonnantes, mais une réflexion personnelle à partir de l’exposé et des questions qui ont suivi. 
  


Il y a d’abord ce qui ne dépend pas de nous : ce par quoi nous sommes déterminés. Les facteurs génétiques sont incontournables. L’organisme humain est d’une très grande complexité : quantité de paramètres sont à prendre en compte pour seulement approcher d’un début de compréhension. En effet, les scientifiques ne cessent d’y découvrir de nouveaux « secrets » et des données considérées naguère comme sûres ou définitives sont périodiquement remise en question et à jour. Les certitudes de l’époque scientiste sont pour une bonne part tombées aux oubliettes. L’humanité est composée d’humains d’une grande diversité : peuples, cultures, couches sociales, traditions, habitudes familiales, etc., concourent à façonner notre organisme et à le faire réagir face au(x) milieu(x) dans lequel il vit. Et à notre échelle nous nous inscrivons dans une histoire ou geste familiale (psychogénéalogie).

Il y a ensuite ce qui dépend en partie de nous : le choix des études et d’une profession. La pollution de notre environnement et le changement climatique.

Il y a enfin et surtout ce qui dépend de nous : c’est ici que nous avons à exercer notre liberté. Comment vivons-nous et, en l’occurrence, comment vieillissons-nous ? La clef, ou mieux le passe-partout d’une vie heureuse et longue est le « mouvement », marqueur premier de la vie. C’est dans notre tête et notre cœur que commence le mouvement. Étonnons-nous, intéressons-nous à tout ce qui se passe autour de nous. Soyons curieux de tout. Posons-nous des questions et ne nous contentons pas des réponses qui sont autant de portes sur de nouvelles questions.

Cultivons la créativité : art (musique, peinture…), écriture, bricolage et travaux manuels divers…
Pratiquons chaque jour une activité physique (au moins une heure de mouvement), non par obligation, mais par plaisir. Et le choix est vaste : marche (activité idéale qui meut tout le corps en contact rythmique avec le sol), la natation, le vélo… Ainsi nous nourrissons nos os et fortifions notre cœur. Le sport peut se pratiquer, mais avec modération et toujours dans la progressivité.
Entretenons ou retrouvons le lien social : avec notre famille, nos amis, nos proches géographiquement. À Bergerac nous sommes particulièrement bien lotis : activités associatives en tous genre avec bénévolat (très gratifiant s’il est désintéressé !) ou non. La vie étant tout autant « échange » que « mouvement » nous n’en recevrons ses cadeaux que dans la mesure ou nous donnons de nous-mêmes. Et nous en recevrons tellement plus !

Soyons circonspects à l’égard des marchands de bonheur et de santé : les industries alimentaires, après avoir dénaturé nos aliments, nous revendent par laboratoires interposés des compléments alimentaires apportant les éléments vitaux dont ils nous ont privés ! Regardons à deux fois, voire à plusieurs, avant d’entreprendre un régime ou un jeûne. Et pensons toujours à boire beaucoup d’eau.

En toutes choses veillons à faire preuve de bon sens !

Dominique Dubois

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire