mardi 19 février 2019

Balade Nature du 14.02.2019 à l’Arboretum du Parc de Pombonne




Nous nous sommes retrouvés à 11 personnes et c’est Michel Pigeon, ingénieur horticole qui a guidé la visite. L’Arboretum, à la différence du Parc, regroupe des arbres qui ne sont pas originaires de notre région.











À l’entrée une demi-douzaine de chênes fastigiés montaient la garde, raides comme la Justice, et vêtus de leur tenue kaki qu’ils garderont jusqu’à ce que les nouvelles feuilles chassent les vieilles. Ils sont dits « marcescents ». À la différence des autres feuillus les chênes ne disposent pas du petit bouchon de liège qui, à l’automne, coupe la circulation de la sève vers la feuille. Pas fous, les viticulteurs s’en sont inspirés pour boucher leurs bouteilles ! Nous y avons découvert nombre de chênes divers : Quercus rubra Borealis ( chêne rouvre ou sessile ), Quercus robur pedunculata ( chêne pédonculé ), Quercus palustris ( chêne des marais ), Quercus cerris, Quercus acutissima, Quercus falcata, Quercus imbricaria, Quercus pubescens ( dont la cupule du gland est poilue ) auxquels nous avons été présentés ( ! ), 8 espèces parmi les 25 que compte le parc. Un Chêne portaient des galles, petites boules crées par la piqûre d’un insecte, le Cypnis, petit hyménoptère cousin des abeilles et des guêpes.








Il y avait aussi un Chêne Vert ( Quercus ilex ) venu participer à cet arboretum-congrès international.

















Sans être aussi nombreux les Érables, plus décontractés et étirant leurs multiples branches, sont bien représentés. Des 15 espèces du parc nous avons observé Acer campestre ( Érable champêtre ) et ses cousins : Acer freemanii, Acer platanoïdes ( à feuille de platane ), Acer pseudoplatanus ( Faux Sycomore ), pas très franc du collier, et Acer saccharinum Pyramidalis.






Les Ormes ( Ulmus Lutece ), superbes et résistants à la graphiose, champignon qui en a dépeuplé l’Europe. Le bois d’orme est apprécié des ébénistes.



Les Frênes : Fraxinus excelsior (plusieurs variétés), Fraxinus augustifolia. Le Frêne est l’arbre-origine du monde dans la Mythologie germanique, titre de gloire qu’il lui est bon de rappeler aux utilisateurs de fourches et consorts. L’un d’entre eux, mais lequel ? avait subi les affres de tailles répétées à la bonzaï.






Aussi le Cornouiller sanguin ( Cornus sanguinea ) dont le bout des rameux est rouge n’a-t-il pas manqué de rappeler à ses voisins qu’il produisait un bois très dur et qu’on en fait des manches de pics !




Des Platanes, oui mais pas de ceux de nos villes, des Platanus acerifolia = à feuille d’érable. Ils portaient encore quelques fruits sphériques ( des glomérules comportant les akènes qui se dispersent au vent ).















Certains Tilleuls ( Tilia cordata et Tilia henryana ) ont bien souffert de leur exposition au plein soleil du sud. Leur écorce a éclaté sur toute la longueur du tronc. Nous y avons compati.










Nous avons observé deux Liquidambars ( Liquidambar styraciflua ). « Styrax » signifie « résine ». Il s’agit ici de l’ambre ( liquide ) et non de liquide congelé en barre… Ces arbres sont originaires de l’Asie et aussi du Sud-est des États-Unis.

Nous avons aussi observé 2 Ginkgo biloba, des Noyers ( Juglas niger et Juglans regia ). Et pourquoi faut-il éviter de faire la sieste sous un noyer ? Du fait de la juglone, toxine fabriquée par les feuilles et les racines de l’arbre, jouant le rôle de désherbant et déconseillée au promeneur fatigué.

Un Troène chinois ( Ligustrum sinense ) arborait un feuillage d’un vert insolent en cette saison. Oui mais il perd ses feuilles sur plusieurs années.

Quelques Cerisiers ( Prunus cerasus ). L’un était greffé sur un Merisier ( Prunus avium ) dont le tronc était bien plus large que son greffon. Rappelons qu’on ne taille pas les cerisiers communs ( de jardin ). C’est différent en arboriculture.

Les Lichens ( organismes composites réunissant champignon et algue ) abondaient sur certains troncs. Ils ne nuisent pas aux arbres porteurs et seraient comestibles.  



Le conseil du chef : « après en avoir dégusté un je conseille un bon assaisonnement… »

Il avait aussi quelques Pommiers et Saules exotiques.

Que les oubliés veuillent bien excuser le rédacteur.



 D. Dubois

1 commentaire:

  1. Voilà une visite bien intéressante racontée avec beaucoup d'humour. Ce qui permet de mieux se souvenir des détails.
    On ne peut qu'avoir envie d'aller à Pombonne rendre visite à tout ce grand monde de Quercus Fraxinus, Tilia, Ginko biloba(où avait-il caché ses écus?)et cerisiers(qui usurpent l'identité des prunus…ou bien sont-ils cousins?
    Les photos sont très belles aussi, révélant la silhouette de chaque arbre.

    RépondreSupprimer

En face de « Commentaire : » À la place de Compte Google, cliquez sur la flèche et sélectionnez Anonyme. Votre commentaire ne sera publié qu'une fois validé par le modérateur.